l'ENA

L’institut d’études politiques parisien se réjouit des résultats de ses étudiants aux différents concours de la haute fonction publique. Dans la prochaine promotion de l’ENA, 73% des étudiants admis sont passés par Sciences Po Paris.

Sciences Po reste la voie royale pour intégrer la haute fonction publique. Dans un communiqué de presse, l’école de la rue Saint Guillaume se félicite des bons résultats de ses étudiants aux différents concours administratifs auxquels prépare son année de préparation au sein de l’École d’Affaires publiques. Avec 29 admis sur les 40 étudiants qui composeront la prochaine promotion de l’école nationale d’administration, soit 73%, l’institut d’études politiques parisien se positionne à nouveau comme la formation incontournable aux concours administratifs.

» LIRE AUSSI – Comment entrer à l’ENA

Sciences Po se félicite également d’avoir renforcé la «diversité des profils des candidats» admis par le biais du concours externe à l’ENA. «Les résultats 2017 à l’ENA consacrent l’engagement de Sciences Po pour promouvoir les vocations féminines dans l’administration avec une parité atteinte cette année parmi les admis à l’ENA issus de Sciences Po» indique l’IEP. Cependant, la parité est encore loin d’être atteinte: au concours externe, le taux de féminisation des candidats admis n’est que de 37,5%. Sciences Po s’engage à poursuivre «la diversification des profils» en rappelant que l’école va ouvrir sa préparation aux concours aux «profils extérieurs».

Paris 1 fait de la résistance

Les élèves de Sciences Po sont également très performants dans les autres concours de la fonction publique. Ils représentent par exemple 100% des admis au concours Secrétaire et Conseiller cadre d’Orient. Avec 10 admis au concours d’administrateur du Sénat, Sciences Po place 83% des admis. Il n’y a bien qu’aux concours de la Banque de France (12 admis, soit 48%), de Directeur d’hôpital public (36% des admis) et au concours des dirigeants de la protection sociale (30%) que l’IEP n’écrase pas la concurrence.

» LIRE AUSSI – Découvrez les concours et métiers de la fonction publique

Cette concurrence est essentiellement constituée par la Prep’ENA commune à l’université Paris 1 et l’École normale supérieure. Cette année de préparation peut se targuer, cette année, d’avoir 10 de ses étudiants admis à l’ENA au concours externe, soit la quasi-totalité des places restantes. Avec 16 admis au concours de la Banque de France, soit quatre de plus que Sciences Po, la Prep’ENA signe par ailleurs une victoire sur son omniprésente rivale. 16 des étudiants passés par cette année de préparation intègreront également l’École des Hautes Etudes en Santé Publique, soit seulement deux de moins que chez Sciences Po. «Nous présentons 120 candidats contre 500 ou 600 à Sciences Po» relativise Arnaud Teyssier, directeur de la Prep’Éna, qui estime qu’«en proportion», c’est bien Paris 1 et l’ENS qui obtiennent «les meilleurs résultats».