Recherche d’emploi : le top 5 des fautes à éviter sur sa lettre de motivation

Non, la lettre de motivation n'est pas morte ! Mais l’exercice est périlleux car 82 % des recruteurs sont sensibles à l’orthographe des candidats. Si vous ne voulez pas que votre prose finisse à la poubelle, lisez vite ce qui suit.


Non, la lettre de motivation n’est pas morte ! Mais l’exercice est périlleux car 82 % des recruteurs sont sensibles à l’orthographe des candidats. Si vous ne voulez pas que votre prose finisse à la poubelle, lisez vite ce qui suit.


#1. À l’attention de (et non “à l’intention de”)

Écrire “à l’intention de” revient à dire que vous adressez votre candidature “en l’honneur” du recruteur. N’exagérons rien ! Vous ne faites que la porter à son attention, d’où “à l’attention de”.

#2. Je me permets de (avec un “s”)

Verbe du troisième groupe, “permettre” prend un “s” à la première personne du singulier du présent de l’indicatif. Écrivez “je me permets de vous contacter”, ou ce n’est même pas la peine de demander la permission !

#3. Les postes que j’ai occupés (avec un “s”)

Posez-vous la question : “J’ai occupé quoi ?”, “les postes”, COD placé avant le verbe, d’où l’accord du participe passé : “les postes que j’ai occupés”. De même, “les diplômes que j’ai obtenus », “les expériences que j’ai acquises », etc.

#4. Un entretien (sans “t”)

Le but de votre démarche ? Solliciter un entretien. Mais si vous l’écrivez avec un “t” final, vous risquez fort d’être recalé ! Souvenez-vous : un entretien = nom, il entretient = verbe. De même, un soutien, il soutient ; un maintien, il maintient.

5- En espérant (…), je vous prie d’agréer… (et non “veuillez agréer”)

La tournure “En espérant avoir de vos nouvelles, veuillez agréer…” est une rupture syntaxique. En effet, “en espérant” appelle à la suite un sujet précis : l’auteur de la lettre, vous ! Exemple correct : “En espérant avoir de vos nouvelles, je vous prie d’agréer… “