Le célèbre chanteur belge, décédé en 1978, livrait souvent sa manière de voir la vie au cours d’interviews. Un jeune youtubeur a compilé les meilleurs conseils de l’artiste, qui peuvent s’appliquer à tous, aux jeunes comme aux anciens.

Jacques Brel et sa poésie. Dans une vidéo, le youtubeur Antoine Debergh, 27 ans, entrepreneur, a compilé les différentes interviews de l’auteur-interprète belge, décédé en 1978. Des conseils de vie d’une très grande profondeur.

) «Il faut être imprudent, il faut être fou»

«Comme si on pouvait penser à l’avenir, on n’est que le présent. […] Il faut se tromper, il faut être imprudent, il faut être fou. […] Être figé est une erreur colossale. Il faut arriver, par discipline, à l’avoir que des tentations relativement nobles, et à ce moment-là il est urgent d’y succomber, même si c’est dangereux, même si c’est impossible, surtout si c’est impossible»

2) «Le talent, c’est avoir l’envie de faire quelque chose»

«Le talent, ça n’existe pas. Le talent, c’est avoir l’envie de faire quelque chose. […] Avoir envie de réaliser un rêve, c’est le talent. Tout le restant, c’est de la sueur, c’est de la transpiration, c’est de la discipline. Je suis sûr de ça. L’art, je ne sais pas ce que c’est. Les artistes, je ne connais pas. Je crois qu’il y a des gens qui travaillent à quelque chose avec une grande énergie.»

3) «Quand on a envie de faire un truc, il faut plonger comme un fou et le faire»

«Je connais un million de types qui vont écrire un livre. […] Ils disent ‘je vends des bretelles encore deux ans, et j’écris un livre’. […] Quand on a envie de faire un truc, il faut plonger comme un fou et le faire, quitte à se tromper. Je préfère me tromper et je préfère plonger.»

4) «Un homme qui n’a pas peur, c’est pas un homme»

«J’ai chanté pendant dix-sept ou dix-huit ans, j’ai été vomir avant chaque tour de chant, de peur. Et quand j’avais trois tours de chant par jour, j’allais vomir trois fois par jour, de peur. Et en avion, parfois, j’ai très peur. Je fais du voilier, parfois, j’ai très peur. Quand je joue la comédie pour un film, j’ai peur. […] Cela dit, un homme qui n’a pas peur, c’est pas un homme. L’important c’est d’assumer sa peur. Qu’on ne vienne pas me dire qu’un type n’a pas peur, c’est un fou, il faut l’enfermer.»

5) «Ce qui compte, c’est l’intensité d’une vie»

«Il faut éviter de vivre comme un infirme. […] Ce qui compte, c’est l’intensité d’une vie, c’est pas la durée d’une vie. Le temps de vie qu’on a doit être extrêmement intense, sans quoi c’est la grisaille, c’est l’ennui.»

6) «Aller au bout de ses rêves, ça c’est important»

«J’avais trop de rêves au démarrage de ma vie. J’avais beaucoup de rêves. J’aurais bien aimé être Christophe Colomb, j’aurais bien aimé écrire comme Mauriac. Tout dépend du rêve que l’on a au départ, pour se réaliser. Ce qui compte, c’est d’aller au bout de ses rêves, ça c’est important. Aller dans cette direction-là en tout cas, c’est ça la seule chose importante dans la vie.»

7) Penser au présent

«Les gens prudents, les gens précautionneux, ils ont plus d’avenir que de présent. Ils sont assis et ils se croient débout, c’est effrayant. Cela me glace le sang.»