Avec près de 100 universités réparties sur ses dix provinces, le Canada offre des possibilités d’études extra-larges. Nos pistes pour vous aider à vous repérer.

De la Colombie-Britannique au Québec, chaque province canadienne élabore sa politique en matière d’éducation. Pour avoir le temps de comparer les programmes et d’évaluer la réputation des établissements, il est préférable d’entamer les démarches au moins un an à l’avance.

En solo ou en échange

Avant toute chose, vérifiez si votre établissement possède des accords avec des universités canadiennes. Si c’est le cas, votre choix se limitera alors à ces établissements partenaires. Renseignez-vous auprès du service des relations internationales de votre université ou de votre école.

Parmi les principaux programmes d’échanges avec le Canada, celui du BCI (bureau de coopération interuniversitaire) associe les 19 établissements québécois et environ 180 établissements français. Le programme MICEFA (Mission interuniversitaire de coordination des échanges franco-américains) donne, quant à lui, accès à 80 universités américaines et canadiennes. Mais s’il présente l’avantage de vous dispenser des droits d’inscription outre-Atlantique, ce dernier ne concerne en France que les universités de la région parisienne.

En français ou en anglais

Vous l’aurez donc compris : sans accord d’échange, vous devrez vous inscrire directement dans une université canadienne. Et l’offre est considérable ! Le Canada rassemble 97 établissements d’enseignement supérieur. Un critère de sélection peut être celui de la langue. Un tiers des étudiants français qui part au Canada choisit le Québec pour son environnement bilingue.

Lire aussi : Étudier au Canada : comment financer son inscription

La Belle Province compte 19 établissements d’enseignement supérieur, dont sept universités. Quatre dispensent des cours en français (Laval, Montréal, Sherbrooke et Québec), trois sont anglophones : McGill, Bishop et Concordia. L’université de Québec est un réseau d’une dizaine d’établissements répartis sur l’ensemble du territoire québécois.

Réputation internationale

Un autre critère à prendre en compte est la notoriété des universités. Le prestige de quelques établissement canadiens dépasse les frontières, et trois figurent régulièrement dans le top 50 des classements des meilleures universités au monde : l’université de Toronto, l’université McGill et l’université de Colombie-Britannique.

Times Higher Education 2018 QS Top Universities 2018 Shanghai (ARWU) 2017
1 Université de Toronto 22e Université de Toronto 31e Université de Toronto 23e
2 U. de Colombie-Britannique 34e Université McGill 32e U. de Colombie-Britannique 31e
3 Université McGill 42e U. de Colombie-Britannique 51e Université McMaster 66e
4 Université de Montréal 108e Université de l’Alberta 90e Université McGill 67e
5 Université de l’Alberta 119e  Université de Montréal 130e Université de l’Alberta 101-150e

Notez que les classements internationaux mettent l’accent sur la recherche. Il est donc intéressant de les regarder à partir du niveau “graduate”, à savoir master et doctorat. Avant cela, d’autres aspects sont plus déterminants pour votre choix, comme la sélectivité, la situation géographique ou encore la taille du campus.

Avec près de 100 universités réparties sur ses dix provinces, le Canada offre des possibilités d’études extra-larges. Nos pistes pour vous aider à vous repérer.

De la Colombie-Britannique au Québec, chaque province canadienne élabore sa politique en matière d’éducation. Pour avoir le temps de comparer les programmes et d’évaluer la réputation des établissements, il est préférable d’entamer les démarches au moins un an à l’avance.

En solo ou en échange

Avant toute chose, vérifiez si votre établissement possède des accords avec des universités canadiennes. Si c’est le cas, votre choix se limitera alors à ces établissements partenaires. Renseignez-vous auprès du service des relations internationales de votre université ou de votre école.

Parmi les principaux programmes d’échanges avec le Canada, celui du BCI (bureau de coopération interuniversitaire) associe les 19 établissements québécois et environ 180 établissements français. Le programme MICEFA (Mission interuniversitaire de coordination des échanges franco-américains) donne, quant à lui, accès à 80 universités américaines et canadiennes. Mais s’il présente l’avantage de vous dispenser des droits d’inscription outre-Atlantique, ce dernier ne concerne en France que les universités de la région parisienne.

En français ou en anglais

Vous l’aurez donc compris : sans accord d’échange, vous devrez vous inscrire directement dans une université canadienne. Et l’offre est considérable ! Le Canada rassemble 97 établissements d’enseignement supérieur. Un critère de sélection peut être celui de la langue. Un tiers des étudiants français qui part au Canada choisit le Québec pour son environnement bilingue.

Lire aussi : Étudier au Canada : comment financer son inscription

La Belle Province compte 19 établissements d’enseignement supérieur, dont sept universités. Quatre dispensent des cours en français (Laval, Montréal, Sherbrooke et Québec), trois sont anglophones : McGill, Bishop et Concordia. L’université de Québec est un réseau d’une dizaine d’établissements répartis sur l’ensemble du territoire québécois.

Réputation internationale

Un autre critère à prendre en compte est la notoriété des universités. Le prestige de quelques établissement canadiens dépasse les frontières, et trois figurent régulièrement dans le top 50 des classements des meilleures universités au monde : l’université de Toronto, l’université McGill et l’université de Colombie-Britannique.

Times Higher Education 2018 QS Top Universities 2018 Shanghai (ARWU) 2017
1 Université de Toronto 22e Université de Toronto 31e Université de Toronto 23e
2 U. de Colombie-Britannique 34e Université McGill 32e U. de Colombie-Britannique 31e
3 Université McGill 42e U. de Colombie-Britannique 51e Université McMaster 66e
4 Université de Montréal 108e Université de l’Alberta 90e Université McGill 67e
5 Université de l’Alberta 119e  Université de Montréal 130e Université de l’Alberta 101-150e

Notez que les classements internationaux mettent l’accent sur la recherche. Il est donc intéressant de les regarder à partir du niveau “graduate”, à savoir master et doctorat. Avant cela, d’autres aspects sont plus déterminants pour votre choix, comme la sélectivité, la situation géographique ou encore la taille du campus.