Connect with us

Education

Bac S 2019 : conseils pour réussir l’épreuve d’histoire-géographie

Qu’est-ce que les correcteurs attendent de vous dans l’épreuve d’histoire-géographie du bac S ? Comment obtenir des points à coup sûr ? Que faut-il éviter à tout prix ? Tous nos conseils.

Ce que les correcteurs attendent de vous

Les correcteurs vont d’abord s’assurer que vous avez travaillé sérieusement au cours de l’année. “On attend du candidat qu’il ait des connaissances et qu’il les ait suffisamment bien comprises et digérées pour pouvoir les utiliser de façon pertinente”, explique Barbara Jamin, enseignante au lycée Léonard-de-Vinci de Levallois (92).

Ils vont également évaluer votre capacité à élaborer une analyse structurée. “Toute production écrite – composition ou étude de document(s) – doit être organisée”, prévient Elisa Captdevila, professeure d’histoire-géographie au lycée Jacques-Prévert de Boulogne-Billancourt (92). Elle doit donc comporter une introduction, un développement et une conclusion.

Mais n’oubliez pas que vous avez au maximum 1 h 15 à consacrer à l’étude de document(s) : pour le(s) lire, le(s) comprendre et composer. Pas le temps, donc, de faire long. Exit les introductions académiques de 15 lignes. Contentez-vous de contextualiser le(s) document(s) à partir de la date et d’en annoncer le thème. “Il faut être efficace”, insiste Barbara Jamin.

Même chose pour la composition. L’introduction doit permettre de préciser le contexte, “en utilisant les mots-clés du sujet” et d’annoncer le plan. “Il faut garder l’idée de problématique”, recommande Barbara Jamin.

Ce qui rapporte des points

À chaque fois que vous utilisez un mot-clé ou que vous faites référence à un concept, pensez à le définir. “En géographie, il y a un certain nombre de termes (territoires, acteurs, enjeux…) qui reviennent fréquemment. Si l’élève arrive à les replacer dans son texte, à bon escient, c’est très bien vu”, souligne Barbara Jamin.

Une autre pratique gagnante, toujours en géographie, consiste à intégrer des petits schémas dans votre composition pour illustrer une notion ou une explication complexe. “C’est très apprécié des examinateurs, car cela montre que l’élève a bien compris les spécificités de la géographie, qu’il en a intégré la démarche et qu’il en maîtrise le langage”, fait valoir Barbara Jamin. “À condition, toutefois, que le schéma s’intègre parfaitement à l’argumentation et qu’il fasse sens”, prévient Elisa Captdevila. Sinon, effet contre-productif assuré !

Autre conseil : ne négligez surtout pas la syntaxe ni l’orthographe. Les copies agréables à lire sont toujours valorisées, insistent les professeurs.

Ce qu’il ne faut pas faire

Surtout pas de café du commerce. “Le piège du programme de terminale, c’est qu’il couvre une période très contemporaine. D’où la tentation, pour certains élèves, d’aligner les lieux communs et de faire état de leurs opinions”, met en garde Barbara Jamin. Or, on attend de vous que vous meniez une analyse rigoureuse qui s’appuie sur des éléments de réflexion précis et argumentés.

Gardez bien en tête les grandes périodes en histoire. “Cela évite bien des anachronismes”, affirme l’enseignante. Attention également à ne pas être trop descriptif.

Concernant l’étude de document(s) – l’épreuve qu’Elisa Captdevila juge la plus difficile –, il y a deux grands pièges à éviter : réciter son cours en oubliant de parler du ou des documents et, à l’inverse, se contenter de les résumer sans apporter de connaissances personnelles susceptibles de les éclairer.

Quant à la conclusion, attention, danger ! Si vous n’avez pas d’idées ou pas de temps, “mieux vaut ne pas en faire du tout”, affirme Barbara Jamin. Autre écueil à éviter : terminer son devoir sur une question. “Ça n’a pas de sens puisque c’est une ouverture sur quelque chose qui ne sera pas traité”, fait valoir l’enseignante.

Exit également le futur. “Rien n’irrite plus un professeur d’histoire-géographie qu’un élève qui prophétise sur le passé”, poursuit-elle.

Le jour de l’épreuve

Barbara Jamin conseille de commencer par le croquis. Mais, si c’est l’étude de document(s) qui tombe,optez alors pour l’épreuve dans laquelle vous êtes le plus à l’aise. Attention à bien gérer votre temps. Vous n’avez que 3 heures pour traiter deux sujets ! “Il faut garder au moins 1 h 45 pour la composition”, conseille Elisa Captdevila.



Continue Reading
Advertisement

Education

BTS Métiers de la chimie

métiers de la chimie

Le titulaire d’un BTS Métiers de la chimie exerce une profession dans le secteur industriel. Il travaille sur un site de production ou dans un centre de recherche et développement (R&D), que ce soit dans l’industrie chimique (matière plastique, peinture, etc.), mais aussi dans toutes les autres industries où la chimie joue un rôle important (traitement de l’eau, aéronautique, automobile, agroalimentaire, cosmétique, etc.).

Contenu de la formation

Le BTS Métiers de la chimie forme aux techniques d’analyse, de synthèse, et de formulations de produits chimiques. La formation de technicien supérieur “Métiers de la chimie” porte sur les connaissances et compétences opérationnelles requises dans les différents secteurs d’activité d’une part pour réaliser des analyses au sein des laboratoires de contrôle – qualité et d’autre part pour réaliser et interpréter les essais dans les laboratoires de recherche et développement.

Dans le BTS Métiers de la chimie, on retrouve les enseignements suivants :
- Mathématiques
- Culture générale et expression
- Anglais
- Enseignement technologique en anglais
- Communication scientifique
- Analyse
- Formulation
- Synthèse
- QHSSE
- un stage de 7 semaines en 2e année
- un accompagnement personnalisé

Conditions d’admission et inscriptions

La formation s’effectue en deux ans après le bac. Elle est ouverte aux titulaires d’un bac S.
Attention, toute candidature est soumise à un dossier et un entretien de motivation.

Réussir son BTS

Si vous voulez vous donner toutes les chances de réussir votre BTS, rendez vous sur Bankexam. Vous y trouverez des annales des épreuves (sujets et corrigés) des années précédentes.
Pour vous aider à réviser par matière et spécialité, retrouvez également tous les ouvrages sur le BTS de la librairie Studyrama.

Et après ? Débouchés et poursuite d’études

Le titulaire du BTS Métiers de la chimie peut devenir technicien d’analyse qualité dans un laboratoire de contrôle d’un site industriel, où il va analyser le produit à chaque étape de sa création pour veiller à ce que le cahier des charges soit respecté. Il peut aussi exercer la profession de technicien environnement, chargé de surveiller l’empreinte environnemental d’un site industriel. Il participe notamment aux actions de prévention (il est garant du bon fonctionnement des unités de traitement des rejets et du respect des procédures de recyclage)

Si il exerce dans un centre de recherche/développement, le technicien chimiste travaille au sein d’une “équipe projet” où il effectue des recherches pour concevoir un nouveau produit ou améliorer un produit existant. Il peut se spécialiser en synthèse (élaboration de nouvelles molécules), formulation (mise au point de nouveaux produits, ou de nouvelles propriétés du produit), ou analyse (développement de nouvelles méthodes).
Le technicien chimiste d’un centre R&D peut avoir à présenter ou expliquer le résultat de ses expériences aux autres membres de son “équipe projet”.

Découvrez toutes les offres d’emploi sur Studyrama-Emploi.

Le titulaire d’un BTS Métier de la chimie peut aussi suivre des formations complémentaires au sein d’une entreprise ou d’études supérieures pour devenir technico-commercial, assistant technique de fabrication, ou encore responsable de laboratoire.

Continue Reading

Actualités Études

CASAMANCE : LES 23 MEILLEURS ÉLÈVES PRIMÉS PAR L’UNIVERSITÉ ASSANE SECK DE ZIGUINCHOR

Les 23 meilleurs élèves dans les matières scientifiques venus des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor (sud) ont été primés par l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) lors de la cérémonie de la 10ème édition des Olympiades des sciences de la Casamance, a constaté l’APS.
Présidée par le ministre de l’Economie solidaire et de la Microfinance, Aminata Angélique Manga, cette rencontre a enregistré la participation du recteur de l’UASZ, des responsables d’établissement, des parents d’élèves et plusieurs écoliers venus des trois régions du sud du pays.
« Ces olympiades visent à promouvoir l’importance de la science et de la technologie chez les élèves de la Casamance. Nous voulons aussi lutter contre le manque d’intérêt des jeunes générations dans les filières scientifiques », a expliqué Joseph Diatta, coordonnateur des Olympiades des sciences de la Casamance, qui se sont tenues samedi.
« Depuis 2008, l’UASZ participe activement à la promotion des sciences dans les établissements secondaires et moyennes dans les régions sud du pays, pour distinguer les meilleurs apprenants en mathématiques, en physique, en chimie et en science de la vie et de la terre », a poursuivi M. Diatta.
Le ministre Aminata Angélique Manga, qui a salué les « fortes ruptures » dans le secteur de l’enseignement au Sénégal, a considéré que les Olympiades des sciences de la Casamance constituent un tremplin pour les élèves du Sud de renouer avec l’excellence, notamment au niveau du Concours général.
« Ces olympiades des sciences de la Casamance peuvent être un échauffement pour le concours général. Depuis 10 ou 15 ans, la zone sud du pays est absente du concours général », a regretté la ministre de l’Economie solidaire, invitant les jeunes filles à « davantage s’intéresser aux filières scientifiques ».

Continue Reading

Afrique

Education : Quel statut juridique pour les écoles sénégalaises de Gambie?

les écoles sénégalaises
En Gambie, les écoles sénégalaises sont à la limite assimilées à des écoles panafricaines. On y trouve presque la représentation de toutes nos langues parlées. Au-delà des Mauritaniens, des maliens ainsi que nos voisins de la  Guinée Conakry qui y envoient leurs enfants, les établissements scolaires sénégalais en Gambie accueillent également des ghanéens, des nigérians, des Bissau guinéens entre autres pays de nationalité non francophone. Un lourd fardeau donc pour les enseignants sénégalais qui officient dans ces établissements. Toutefois, force  est de reconnaitre que la situation de nos compatriotes enseignant en Gambie n’est pas des meilleures du fait du statut des écoles sénégalais au pays de Adama Barrow. D’abord, il faut retenir que les écoles sénégalaises en Gambie existent depuis des décennies. A l’époque c’était le  ministère des affaires étrangères qui avait en charge la gestion de ces établissements. Le  recrutement des enseignants appelés “expatriés”  n’obéissait à aucune règle qui auraient été été établies par une loi. Ces établissements seront par la suite fermées avec le plan Sakho/Loum, avant d’être réouvertes par les parents d’élèves qui voulaient assurer à leurs enfants une éducation de qualité. A l’heure actuelle, tout le personnel des écoles et du lycée sénégalais de Gambie sont des contractuels, y compris les directeurs, censeurs et proviseurs. Sur le traitement salarial, les contractuels sénégalais officiant dans les écoles sénégalaises de Gambie reçoivent moins de 130 mille francs alors que leurs collègues sénégalais en sont à 150 mille environ. Et ce n’est pas tout, ces enseignants ne disposent pas de plan de carrière comme leur collègues du Sénégal. Avant la période couvrant les années 1992-1993,  les contractuels sénégalais appelés” expatriés” qui officiaient dans les écoles sénégalaises de la Gambie voisine avaient un salaire 3 fois supérieur à ceux qu’ils perçoivent de nos jours. Ce qui motivait d’ailleurs bon nombre d’enseignants à déployer leurs tentacules en Gambie. Aujourd’hui ils sont  28 enseignants au total en plus du personnel administratif, à demander un meilleur statut juridique pour l’établissement. Une requête qui a d’ailleurs motivé la visite du ministre en charge de l’éducation en Gambie. Serigne Mbaye Thiam qui se dit sensible à cette situation, déclare que cette question est désormais son affaire personnelle. ” Je veux que les écoles sénégalaises de Gambie soient érigées en école publique d’enseignement du Sénégal “, déclare Serigne Mbaye Thiam. Une nouvelle qui constitue une source d’encouragement pour ces enseignants qui s’évertuent nuit et jour à donner un enseignement de qualité aux pensionnaires de ces établissements…

Continue Reading

Livre gratuit pour entreprendre sur Internet. Cliquez juste pour télécharger.

Advertisement

Livre gratuit pour les plus ambitieux sur Internet. Cliquez juste pour télécharger.

Populaires