Connect with us

Infos Pratiques

Arts et Métiers : à l’école de la création d’entreprise

Laisser du temps aux étudiants pour entreprendre. C’est l’objectif de l’Institut innovation et entreprenariat que vient de lancer Arts et Métiers. Un cursus original, alors que les écoles d’ingénieurs prennent de plus en plus en compte l’envie d’entreprendre de leurs étudiants.

“En termes de flux, c’était pas terrible”, juge Eugénie, avec une moue dubitative. Dans la salle du CFAI (centre de formation des apprentis) de Bruges (33), ils sont cinq étudiants réunis autour la table pour faire le point avec le professeur sur la simulation à laquelle ils viennent de participer.

Ils ont eu vingt minutes pour réaliser 25 avions selon un protocole industriel défini où chacun avait un rôle déterminé. Il s’agit d’avions en papier bien sûr, et l’enseignant fait office de client. Mais à deux minutes de la fin de l’exercice, aucun avion n’a été accepté par le client.

Dans le process, les élèves n’ont pas mis en place d’indicateurs de suivi qualité, et de nombreux avions ne passent pas le contrôle de conformité du client. “Impossible d’en faire 25 !”, se désole Romain. Après avoir listé les pistes d’amélioration, ils passeront l’après-midi à chercher les indicateurs avant de réitérer la simulation pour la mise en pratique.

Ces étudiants font partie d’un cursus national d’un nouveau genre proposé, à titre expérimental cette année, par Arts et Métiers. En effet, depuis quelques temps, les écoles d’ingénieurs rivalisent d’imagination pour apprendre à leurs étudiants à entreprendre. Et Arts et Métiers a placé la barre haut.

Séminaire et cours en ligne

L’institut innovation entreprenariat, en phase de test en 2017–2018, n’est pas une école, ne délivre pas de diplôme, mais est un cursus interne à l’école d’ingénieurs, qui permet aux étudiants désireux de créer leur entreprise de le faire dans le cadre de leurs études, même si une bonne dose de motivation est requise. “Après seulement une année aux Arts et Métiers, ils n’ont que peu de connaissances de la gestion industrielle, du pilotage de la performance, mais ils apprennent très vite”, assure un des professeurs participant au séminaire Grégory Barat, formateur à l’AFPI et ingénieur aéronautique de formation.

Sélectionnés majoritairement en première année sur leur projet et leur motivation, les 12 étudiants de cette première promotion viennent des différents campus d’Arts et Métiers : Angers, Bordeaux, Cluny, Nancy et Paris. Dans le cadre de cette expérimentation, la formation se compose de plusieurs briques : les séminaires d’entrepreneuriat toutes les six semaines, auxquels s’ajoute le choix de 4 modules sur 12 proposés en sciences de l’ingénierie et sciences humaines et sociales, à raison de cent cinquante heures de travail estimé par module dont cinquante heures de présentiel, le reste s’effectuant en ligne.

Du temps pour expérimenter

Parmi les étudiants entrepreneurs, il y a Thomas, l’âme entrepreneuse, qui projette de lancer une marque de moto d’exception, mais aussi Romain et son genou prothétique mécanique low cost pour le continent africain, ou encore Eugénie et son Fablab vestimentaire. Originaire de Bordeaux, Hugo Carlotti, 22 ans, a rejoint le cursus expérimental après deux ans à Arts et Métiers.

Les 12 élèves du cursus innovation entament la journée de séminaire par le jeu de la pelote, pour développer leur capacité créative. // © Morgane Taquet
Les 12 élèves du cursus innovation entament la journée de séminaire par le jeu de la pelote, pour développer leur capacité créative. // © Morgane Taquet

Hugo conçoit avec une interne au CHU Pellegrin (Bordeaux) un exosquelette motorisé afin d’accélérer la rééducation des victimes d’AVC. Un premier prototype a déjà été conçu en 2016, et 4 étudiants de deuxième année ont été réquisitionnés pour travailler sur son projet. En décembre 2017, Hugo a été confronté à des problèmes de motorisation de l’exosquelette. “La fille sur qui nous avions réalisé le prototype n’avait pas assez de force pour le soulever. Il a fallu le motoriser, et j’ai donc passé un mois au téléphone avec un technicien de chez Schneider pour le câblage des moteurs, et à écrire leur programme de commande”, se souvient-il.

Depuis le problème a été résolu, et Hugo a été sélectionné dans le cadre du programme entrepreneurial de HEC Challenge+. Il est désormais suivi pour le volet marketing par la grande école de commerce à raison d’une semaine par mois pendant six mois. Hugo a dorénavant un emploi du temps très chargé : il partage donc son temps entre HEC, le CHU, Arts et Métiers à Talence (33) et Cap sciences à Bordeaux, le centre de diffusion de la culture scientifique où les étudiants bordelais sont en résidence. À leur disposition, un Living lab, un Fablab, et les instruments usuels tels que imprimante 3D, découpeuse laser, ou outils électroniques.

Un terrain de jeu

Pour Hugo, un des attraits principaux du cursus a été de pouvoir développer son projet tout en validant son diplôme à la sortie. “Cette année nous permet de prendre le temps de mettre en œuvre une idée, une possibilité que nous n’aurions pas eu avec les cours et les stages de la formation classique.”

“En général, les étudiants attendent d’avoir leur diplôme pour monter leur entreprise, relève Philippe Viot, chargé du développement de l’institut. Au cours de la création, ils vont être confrontés à deux difficultés : la pression familiale et sociale pour trouver un travail et avoir un salaire, et une phase de pivot – repositionnement pendant la création de l’entreprise – difficile à supporter psychologiquement. Dans le cas de notre dispositif, cette phase a lieu pendant les études avec toujours le diplôme à la clé, c’est plus rassurant.”

“Nous leur offrons un terrain de jeu. Et s’il y a échec ce n’est pas grave, l’expérience sera toujours valorisée sur un CV”, estime Philippe Viot. À Bordeaux, Hugo prévoit de commencer les tests de son exosquelette sur des patients réels au CHU au printemps prochain.

 

Continue Reading
Advertisement

Attitudes & Comportements

Le CV graphique : une tendance payante ?

Un CV visuel avant tout, agrémenté de graphiques, tableaux et autres pictogrammes… Le CV graphique fait partie des moyens de se faire repérer des recruteurs, mais pas dans tous les cas. L’avis des professionnels.

Cohérence. C’est le maître-mot en matière de CV, et le CV graphique ne fait pas exception.  CV graphique? Il s’agit d’un CV plus visuel que le CV “classique” : il laisse la place à des tableaux, des infographies, des pictogrammes, ou plus simplement, à des blocs de couleurs qui permettent de présenter vos compétences de façon rapide. “On en voit beaucoup passer, depuis environ deux ans”, explique Anne-Laure Gusdorf, DRH de l’agence de communication BETC Digital. Pour les profils les plus créatifs, il peut s’agir aussi de démontrer son talent artistique via le CV, avec une mise en page travaillée, laissant la place au dessin, etc.

Selon les recruteurs, le CV graphique est tout particulièrement indiqué si vous travaillez dans la communication, la publicité, l’événementiel. En particulier pour des postes en (web)design et en marketing. “Ce CV sera intéressant pour tous les postes où le marketing personnel est une compétence attendue”, souligne Pauline Lahary, directrice commerciale et fondatrice de MyCVFactory, service de modèles de CV en ligne. “Quand je cherche quelqu’un pour un poste de marketing produit, si le CV est moche, c’est rédhibitoire”, confirme Jean-Eudes Yahouedeou, cofondateur et Chief Marketing Officer de Seeqle, service de CV multimédias, “dès qu’on demande des compétences visuelles, ça doit a minima se voir sur le CV!”

Autrement dit, pas besoin de vous casser la tête si vous postulez dans la banque ou l’assurance à des postes de consultants. “Il faut que ça reste dans les codes de votre secteur”, poursuit Jean-Eudes Yahouedeou. De fait, dans le secteur de la communication par exemple, les candidats à des postes “créatifs”, type directeur artistique ou concepteurs-rédacteurs, doivent présenter un book de leurs réalisations, en plus de leur CV. “Le CV n’est qu’une porte d’entrée, le book est là pour prouver ce qu’il y a dans le CV, il faut manier le CV graphique avec précaution. Pour les candidats, cela peut être piégeant de privilégier la forme sur le fond!“, prévient Anne-Laure Gusdorf.

Intéressant pour les plus jeunes…

A côté du secteur où vous évoluez, le CV graphique peut être conseillé si vous n’avez pas beaucoup d’expérience, ou que vous êtes (très) jeunes. “A quinze ans, que ce soit pour un stage, un job, un premier emploi, on n’a pas beaucoup de choses à raconter”, pointe Pauline Lahary, “du coup le CV graphique permet d’éviter l’impression de vide qui pourrait émaner d’un texte seul, les visuels diminuent la place du contenu, et orientent agréablement le regard des recruteurs.”

… Et les plus expérimentés

A l’inverse, le CV graphique peut avoir un intérêt même si vous êtes expérimentés, car il vous oblige à synthétiser votre parcours. “Les profils plus seniors ont du mal à tout faire tenir sur une page, le CV graphique est un bon moyen de résumer son expérience, quitte à ce que ce soit simplement pour s’entraîner!”, explique Pauline Lahary.

Même pour un profil expérimenté, le CV graphique a son intérêt. Ici, celui de la PDG de Yahoo

Même pour un profil expérimenté, le CV graphique a son intérêt. Ici, celui de la PDG de Yahoo // © Capture d’écran

Attention cependant à ne pas vous emballer au prétexte que vous pariez sur le visuel! Comme dans toute candidature, les éléments de votre CV doivent pouvoir être justifiés en entretien. “Il faut veiller à ne pas utiliser trop de signes visuels qui peuvent prêter à confusion”, indique Pauline Lahary, “par exemple en exprimant sa compétence en langue avec des pourcentages, on ne sait pas si ‘100%’ correspond à ‘bilingue’ ou simplement à un bon niveau!” 

Ne mettez pas non plus des mots-clés en gras et gros caractères si vous ne pouvez les expliciter en entretien… Et soignez la rédaction! La moindre présence de texte exige que celui-ci soit irréprochable, du côté de l’orthographe comme de la formulation. “Il ne faut jamais perdre de vue l’objectif d’un CV, qui permet de mettre en avant une expérience de façon synthétisée, et donc d’apporter des informations”, conclut Anne-Laure Gusforf, “le recruteur ne doit pas se poser de question sur le parcours ni sur la motivation de la candidature!”

Continue Reading

Infos Pratiques

Bac, brevet, examens : 6 conseils pour bien organiser ses révisions

Que ce soit pour le baccalauréat, le brevet ou les partiels de fin d’année, il va falloir commencer à préparer ses révisions. Mais comment les organiser de façon efficace ? Trendy te livre six conseils.

D’ici deux ou trois mois, ce sera la fin de l’année. Mais avant de fêter ça avec tous ses potes et de partir se la couler douce en vacances (pour les plus chanceux), il va falloir passer par la case “examens”. Certain(e)s devront faire face au brevet, d’autres au baccalauréat et d’autres aux partiels de fin d’année. Des examens importants, qu’il va donc falloir préparer comme il se doit. Et pour optimiser au mieux sa façon d’étudier et mettre toutes les chances de son côté,voici un petit guide pour se faire un planning de révision ultra efficace.

1. Faire de l’ordre dans ses cours

À moins que tu sois un(e) étudiant(e) extrêmement organisé(e), il peut être bon de ranger et trier tes cours avant de commencer à réviser, afin de vérifier que tu les a bien tous et de les mettre dans le bon ordre, avec les chapitres d’un côté, les exercices et devoirs de l’autre. Cela te permettra de t’y retrouver plus facilement par la suite et de gagner ainsi du temps.

2. Faire un plan de révision

Les lycéens qui obtiennent les mentions “Bien” ou “Très Bien” sont ceux qui préparent un plan de révisions en béton. Il suffit pour cela de prendre une grande feuille et de noter jour par jour (ou semaine par semaine) ce que tu dois revoir, relire ou travailler, en prenant en compte tes contraintes et ton temps libre. Il est conseillé de répartir le temps accordé àchaque matière en fonction des coefficients. Il vaut mieux passer plus de temps à réviser une matière qui a un fort coefficient plutôt que de s’acharner sur une matière avec un petit coefficient.

3. Préparer des fiches de révision

Pour réviser rapidement, efficacement et de n’importe où, on pense aux fiches de révisions. Elles permettent de résumer en une fiche recto-verso les points clé, les définitions et les dates importantes de chaque chapitre. Si tu as le temps, n’hésite pas à faire des fiches complémentaires sur des thèmes précis, par période, mouvement, biographie, formules, dates, pour t’assurer ainsi des connaissances complètes.

4. Alterner révisions et exercices

Réviser, c’est bien, mais cela ne sert à rien si tu ne comprends pas complètement le cours en question. Et c’est à ça que servent les exercices ! Il est donc important que tu alternes les deux. L’idée est de faire un exercice par chapitre pour vérifier que tu l’as bien compris. Idem, n’hésite pas à alterner des séances de travail en solo avec des séances de travail en groupe. Si le premier permet d’être plus concentré, le second permet de débloquer certaines choses sur lesquelles tu butes, de s’encourager à plusieurs et de rendre les révisions plus agréables.

5. Alterner les matières

L’erreur que beaucoup de lycéens et d’étudiants font ? Se consacrer plusieurs heures ou toute la journée à une même matière. Pour éviter de saturer, il est plutôt conseillé de varier les matières. Plutôt que de passer 3 heures sur la même, on alterne 30 minutes à 1 heure avec une matière, comme les maths, puis 30 minutes à 1 heure avec une autre, comme l’anglais, et ainsi de suite.

6. Prévoir du temps pour soi

Il est important de savoir faire des pauses et décompresser pendant ses révisions. Il ne sert à rien de réviser jour et nuit. Au contraire, cela risque d’être contre-productif car tu te fatigueras et tu perdras en concentration. Le cerveau, pour fonctionner comme il faut, a besoin de se reposer de temps en temps. Alors n’hésite pas à aller faire une promenade à l’air libre, un cinéma entre amis, prendre un verre en terrasse, lire un livre, regarder un épisode de série ou encore faire un peu de sport quand tu sens que tu n’en peux plus de réviser. Et surtout, n’oublie pas de dormir au moins 8 heures par nuit pour être en forme !

Continue Reading

Examens & Concours

Onzic, l’appli qui t’aide à réviser tes cours en les rappant

Tous les mois, Trendy te partage une appli coup de cœur. Ce mois-ci, c’est Onzic, une appli qui rappe les cours pour que tes révisions soient plus fun.

Cette année, tu passes ton bac et tu es déjà déprimé(e) à l’idée de devoir réviser des dizaines et des dizaines de chapitres ? On a trouvé la solution pour rendre tes révisions beaucoup plus attrayantes : l’application Onzic. Le concept ? Offrir un format d’apprentissage qui permet de réviser son bac en écoutant du rap. Une idée venant de 3 potes qui, sûrement comme toi, et comme beaucoup d’autres, avaient énormément de mal à réviser et à mémoriser leurs cours en bachotant, alors qu’à côté de ça, ils retenaient les lyrics de leurs sons préférés avec une grande simplicité. Ils ont donc eu l’idée d’allier musique et apprentissage en mettant en chanson les cours de Terminales. De cette façon, les dates, les noms et les définitions rentrent plus facilement dans la tête.

C’est Abou Touré, l’un des co-fondateurs, qui s’occupe d’écrire les chansons et Dembo Dramé, un autre co-fondateur, qui prête sa voix pour les chanter. Chaque chanson correspond à un chapitre de cours. Une fois les chansons terminées, elles sont tout de même vérifiées par un professeur pour être sûr que cela colle bien. Elles sont ensuite mise en lignes et disponibles sur l’application Onzic, qui est accessible n’importe où et n’importe quand, ce qui permet de réviser sur le chemin de l’école ou en faisant du sport. Pratique ! 

Crédit : ONZIC Musique – YouTube

Pour l’instant, seuls les programmes d’histoire, de géographie, d’économie, de sociologie et de droit sont en ligne, mais les autres matières, dont l’anglais, la philosophie et la SVT vont suivre très prochainement. Il faut savoir qu’il est égalementpossible de créer des playlists pour écouter plusieurs chansons en boucle. De quoi devenir un(e) expert(e) en première guerre mondiale, VIe République,  l’Afrique dans la mondialisation, Karl Marx ou encore en liberté du commerce et de la concurrence. 

En bref, Onzic est une application qui permet de rendre tes révisions beaucoup plus simples, cool et fun et tout de suite, cela motive davantage à s’y mettre. En tout cas, de nombreux lycéens l’utilisent déjà et ils en sont très satisfaits. Et toi, qu’est-ce que tu attends pour t’y mettre toi aussi ?

jviens de découvrir onzic c’est grave lourd obligé je réussi mon bac maintenant— ☁️✨ (@blurrylandz) 9 février 2019

Depuis le temps que je cherche ça mais la les def je les sorts easy en rap mdrr@Onzic_ j’aime vraiment bcppppp— noxɐ???? (@axelleprs_) 4 février 2019

L’appli onzic pour réviser l’histoire c’est génial jvous la conseil de fou— Roman M. (@RMauvignier) 18 décembre 2018

je connais toujours vos chansons par cœur six mois après mon bac????????— léna (@jsuishlel) 1 décembre 2018

#E

Continue Reading

Livre gratuit pour entreprendre sur Internet. Cliquez juste pour télécharger.

Advertisement

Livre gratuit pour les plus ambitieux sur Internet. Cliquez juste pour télécharger.

Populaires